< retour s'abonner >
La bio de l'auteur

Nicolas d'Estienne d'Orves
Marthe ou les beaux mensonges

Né en 1974, petit-neveu du célèbre résistant Honoré d’Estienne d’Orves, Nicolas d’Estienne d’Orves, ancien élève d’hypokhâgne, a suivi les cours de la Sorbonne en Lettres modernes spécialisées. Après avoir effectué des stages dans l’univers du cinéma et de la musique, il s’oriente vers le journalisme et se spécialise dans l’opéra, devenant critique pour France Musique, le magazine Classica et Le Figaro. En 2010, il publie une biographie de Jacques Offenbach qui depuis fait référence. Mais c’est dans un autre univers littéraire que Nicolas d’Estienne d’Orves se fait connaître du grand public, le thriller ésotérique et d’anticipation. « Othon ou l’aurore immobile », « Les orphelins du mal » ou « Les derniers jours de Paris » ont été des succès de librairie, vendus à plus de 100 000 exemplaires et traduits pour certains dans une douzaine de langues. En 2012, dans la même veine que ses précédents titres, Nicolas d’Estienne d’Orves publie aux éditions XO « L’enfant du premier matin ». En septembre de cette même année, il change de registre avec « Les fidélités successives » chez Albin Michel, roman dans lequel le personnage central Guillaume Berkeley est entraîné dans le Paris de la collaboration des années 40. Mais est-il vraiment un traître ? Ce roman fleuve de 700 pages est salué par la critique et les libraires. En 2017, l’auteur poursuit son observation de la France de l’après-guerre avec « La gloire des maudits ». En 2019, il publie un roman évoquant Marthe Richard.

< retour remonter ^