< retour s'abonner >
Le livre

Yves Bigot
Quelque chose en nous de Michel Berger

Philippe Chauveau :
Yves Bigot nous sommes ensemble, ici dans votre bureau, dans les locaux de RTL. Vous publiez aux éditions Don Quichotte cette biographie de Michel Berger « Quelque chose en nous de Michel Berger ». Pourquoi avoir eu envie d'écrire cette biographie sur Michel Berger ?

Yves Bigot :
Alors à l'origine, je n'en ai pas eu envie, c'était une commande de mon éditrice, Stéphanie Chevrier et je lui dis non comme d'habitude quand elle m'avait déjà sollicité pour Johnny Halliday, pour Alain Bashung ou pour d'autres. Et puis là je suis rentré chez moi et je me suis dis «  Mais Stéphanie va faire comme les fois précédentes, c'est à dire qu'elle va trouver quelqu'un d'autre pour l'écrire ». Et là je me suis dis « Mais sur Michel Berger ça m'emmerde un peu que ça soit quelqu'un d'autre qui le fasse parce que soit ce sera peut être quelqu'un qui ne l'a pas fréquenté ou quelqu'un qui l'aura rencontré comme ça mais qui n'aura pas eu les discussions pendant des heures, des heures et des heures que j'ai pu avoir sur ce qu'était ses problématiques de fond, c'est à dire sa frustration d'être un musicien qui voulait être très ambitieux et aller montrer aux américains qu'on savait le faire aussi mais qui était frustré d'être finalement une vedette de la variété française donc j'ai rappelé Stéphanie, je lui ai dit « Ecoute si je retrouve les heures et les heures d'interview et les articles que j'ai écrit sur Michel et sur les autres membres de sa constellation, France Gall, Véronique Sanson, Luc Plamondon, Johnny Halliday, Elton John, enfin tous les gens qui ont participé à son histoire, à ce moment là je le fais ». Je suis monté dans ma chambre de bonne au 6ème étage dans Pigalle où j'habite. La première caisse que j'ouvre, je tombe sur des cassettes C90 dont les plus anciens s'en souviendront et sur des numéros de Libération et d'autres journaux là où il y avait les interviews de Michel et de tous ces gens là. Et là je me suis dit «  Bon quelqu'un essaye de me faire passer un message » et donc..

Philippe Chauveau :
Et vous vous êtes mis à l'écriture.

Yves Bigot :
Voilà.

Philippe Chauveau :
Alors toute la force du livre, c'est de nous présenter un Michel Berger que le grand public ne voyait peut être pas tel qu'il était réellement ?

Yves Bigot :
Michel Berger c'est un vrai sujet, parce que d'abord son talent est totalement protéiforme, c'est à dire non seulement c'est un pianiste, un compositeur, c'est un auteur, c'est un scénographe, un directeur artistique, un vrai producteur, quelqu'un qui est un concepteur. Je veux dire Starmania en 2012 ça a beaucoup plus de sens encore que ça en avait en 1978, et par ailleurs son histoire personnel est une histoire absolument incroyable. L'abandon jeune par son père, évidemment ses histoires d'amour, les ruptures, les malheurs qui viennent, la perte de son frère qui meurt de la sclérose en plaques, la maladie de sa fille Pauline, sa propre maladie à lui, qu'il ne soigne pas et dont il meurt finalement, de manière inexorable m'ont dit les médecins que j'ai consulté. C'est presque une sage ou une épopée, dans tous les cas, ça faisait de Michel, à la fois en tant qu'artiste mais en tant que personnage un vrai sujet  je pense de biographie intéressante.

Philippe Chauveau :
Pour reprendre le titre de votre livre, pensez vous qu'aujourd'hui dans les artistes français, ils ont tous quelque chose de Michel Berger ?

Yves Bigot :
Je pense en tout les cas qu'ils ont un modèle de l'artiste français complet, concerné, totalement impliqué dans la musique, dans son travail, dans tous les aspects de la musique parce que Michel y négociait aussi bien lui même ses contrats, il avait son propre label de disque et quand il déjeunait à l'Elysée avec François Mitterrand, c'était pour lui parler des droits des artistes.

Philippe Chauveau :
Merci beaucoup Yves Bigot. Et merci pour cette biographie, « Quelque chose en nous de Michel Berger » et c'est aux éditions Don Quichotte.

< retour remonter ^